Brèves

Le slow oenotourisme

17-04-2014

Le slow tourisme s’inspire bien sûr du slow food.

Un tourisme qui va à son rythme, prend son temps pour se déplacer, contempler, goûter, sentir. Un tourisme de proximité, d'approfondissement, de rencontres.

Une lenteur qui on le reconnaîtra va comme un gant au cycle de la vigne, aux itinéraires peu fréquentés et aux itinérances douces (à vélo, électrique ou non, en roulotte, à cheval…), à la contemplation des coteaux, aux silences caressants des vignobles, à la patience de l'élevage, aux méditations de la dégustation, aux rencontres avec les mots pesés des vignerons.

Mode qui révèle une authentique réalité le slow oenotourisme s’affirme donc, doucement.

L’ hôtel-cave-restaurant Riberach, à Belesta, a fait de « L’éloge de la lenteur » son mot d’ordre.

InterRhône fait la promotion de la Nationale 7, « qui se vit aujourd’hui en mode slow ».

Le 1er juin 2014, pour la deuxième année, la Route des Vins d’Alsace sera fermée aux voitures et ouverte pour un « Slow Up » à tout un chacun venant à pied, en vélo, trottinette, skate…

Et à Cadillac, Jenny Lloret, viticultrice et sophrologue, organise un atelier de « sophro-dégustation », un Relax Tasting qui permet « d’éveiller les cinq sens par la relaxation, pour déguster différemment ».

On attend la suite. Vite !

Site par Neteor