Brèves

Bacchus, diantre, cessez !

04-02-2015

La presse et la blogosphère bruissent d'opinions contradictoires et souvent critiques sur la très populaire ou trop arrosée Percée du Vin Jaune dont la dernière édition s'est déroulée le week-end dernier.

Le wine-trotter - occupation lourde en obligations réjouissantes et inattendues - passe sans cesse du salon d'un château bordelais dans son tapis de vignes brumeuses à l'haleine émouvante d'une profonde cave nuitonne ; d'une vente aux enchères de grands millésimes chez Artcurial au crapahutage dans les Corbières et la tramontane ; de la chambre verte du Château Prieuré-Lichine au gîte vigneron alsacien ; des envolées de serviettes blanches d'un ban bourguignon aux reflets dans un verre d'or d'un crépuscule de Sauternes ; de la dernière, inutile et indispensable bouteille d'un dîner à Châteauneuf-du-Pape au sage colloque "Aimer le vin" de la Société de Géographie ; de l'ascension des terrasses de Banyuls aux glissades sur les parquets de l'Avenue de Champagne ; du pied-de-poule-velours-côtelé-loden de Corton à la chemise à carreaux - sandales du Pic-Saint-Loup ; du grand négociant de la Vallée du Rhône au petit vigneron en biodynamie du Val de Loire (ou l'inverse) ; des Rencontres des Cépages Modestes à la Fête de la Fleur...

La planète du vin est heureusement riche et merveilleusement complexe.

Et si tout ne plaît pas toujours au wine-trotter, il est un peu philosophe, s'intéresse au sens profond des mythes antiques, et sait bien que Bacchus jamais ne se séparera de Silène, ne renverra ses Ménades, ni ne cessera ses Bacchanales...

Site par Neteor