Brèves

Les Wisigoths, la vigne et le vin

24-08-2015

A la fin de l’empire romain, au début du Vème siècle, les Wisigoths sont venus à la rescousse des romains dans leur lutte en Narbonnaise contre des invasions barbares. Détail curieux, en 413, leur roi Athaulf peut occuper facilement Narbonne dont les habitants sont absents : ils vendangent !

Les Wisigoths étaient largement latinisés et, en échange de leurs services, ils s'installèrent sur ce qui devint leur royaume. C’était le plus vaste de l'Europe de l'Ouest : il s'étendait de la Loire jusqu'à Gibraltar, couvrant l'Espagne, l'Aquitaine et le Languedoc.
Ils se sont coulés dans le système rural et urbain de l'empire, nouant des alliances avec les propriétaires fonciers, et installant leur capitale à Toulouse (en 418).

Mais, de religion arienne, et donc hérétiques, ils furent chassés par Clovis (converti au catholicisme en 498) suite à une bataille décisive en 507 à Vouillé. Ils se replièrent en Espagne et dans le Languedoc-Roussillon. Eux-mêmes se convertirent en 586.
Le Languedoc-Roussillon suivra le sort du royaume wisigoth emporté à partir de 711 par l'invasion arabo-berbère.

Ils sont donc restés trois siècles en Languedoc-Roussillon… Quel fut leur rôle au regard de la vigne et du vin ?

Hugh Johnson et Roger Dion - historiens du vin - mentionnent à peine les Wisigoths.

Pourtant, sous leur règne relativement paisible, la vigne continue à être cultivée par les grands domaines et les premiers monastères. La Lex Wisigothorum (654) les protège, notamment contre des individus mal intentionnés, les "lanceurs de tempête", qui envoient la grêle sur les vignobles !

Les Wisigoths sont connus aussi pour avoir été de grands buveurs. Honoré d'Urfé, dans "L'Astrée" (bien plus tard, au XVIIème siècle), les montre ne se déplaçant jamais sans une gourde de vin.

Bien peu de traces archéologiques (à part quelques sarcophages à motif de vignes) ont, à ce jour, été découvertes pour nous donner plus d’informations.

Pourtant les Wisigoths restent présents dans les esprits : un domaine élabore une cuvée "Le Sang du Wisigoth" ; la Septimanie (la Gothie languedocienne) a failli ressusciter ; et la croix wisigothe est l’emblème des domaines de Gérard Bertrand.

A l'heure où se dessine la future grande région Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, il n’est pas absurde de se rappeler le Royaume wisigoth…

(Remerciements à Georges Labouysse, auteur de "Les Wisigoths, Peuple nomade, Peuple souverain")

Site par Neteor