Newsletter

Brèves

Enrichissement et oenotourisme

09-03-2017

Les sociologues Luc Boltanski et Arnaud Esquerre mettent en lumière dans leur dernier ouvrage une mutation profonde de l'Europe de l'ouest - après notre sortie de l'âge industriel, et au-delà de notre présence dans l'économie financière - notre entrée dans une nouvelle sphère de création de richesse économique.

Nous avons basculé - depuis la décennie 1975-1985 - dans une "économie de l'enrichissement". De quoi s'agit-il ? D'une économie qui tire sa substance du passé, qui repose sur l'exploitation du passé. Une "exploitation beaucoup plus intensive que cela n'avait été jusque-là le cas de gisements spécifiques formés de dépôts accumulés au cours du temps et dont la narrativité constitue un mode privilégié de valorisation."

Qui exploite ces gisements ? Les auteurs citent les domaines du luxe (dont le luxe alimentaire), des activités culturelles, du commerce de l'art, de la patrimonialisation (de sites immobiliers, de produits de terroir, de sites, territoires et paysages) et du tourisme, notamment du tourisme culturel.

Les vignobles, bassins d'enrichissement

L'oenotourisme s'insère dans ce courant de civilisation et se situe - notamment pour un développement territorial - à la confluence du luxe alimentaire, du tourisme gastronomique, et de la patrimonialisation "qui profite des effets d'enrichissement historique de sites, de terroirs, de villes, associés à des traditions alimentaires".

Chaque vignoble est à même d'être selon l'expression des auteurs un "bassin d'enrichissement" dont la force mémorielle peut être mise en valeur au travers de narrations...

Un ouvrage dont la complexité se laisse lire, qui fera date, et donne donc ce mot d'ordre : "Vignobles, enrichissez-vous !"

 

Enrichissement
Une critique de la marchandise

Luc Boltanski, Arnaud Esquerre
NRF Essais
Gallimard - 29 €

Site par Neteor