Newsletter

Oenotourisme au coeur du Béarn

Article du 28-12-2012

 

Plein sud, vue imprenable sur les montagnes. C'est entre les Gaves de Pau et d'Oloron, au pied des Pyrénées que peut se dérouler votre prochain week-end oenotouristique. Des vignes réparties aux alentours de 300 mètres d'altitude sur 25 communes...

Avec à peine 1.000 ha, le vignoble du Jurançon n'a pourtant pas manqué de faire parler de lui.

Premier vin au monde à bénéficier d'une appellation protégée (par le Parlement de Navarre), on sait que le futur Henri IV, né au château de Pau en 1553 fut baptisé avec une gousse d'ail et le produit des vignes de son père Henri II d'Albret. Une tradition de baptême béarnais encore bien vivante.

Allez en Béarn pour les cépages locaux : petit Manseng, gros Manseng, Courbu, Camarelet, Lauzet... et les vins originaux et si variés dans leurs typicités et terroirs.

Si de bons blancs secs (AOC Jurançon sec) sont à choisir, par exemple, pour des poissons grillés, le Jurançon moelleux (AOC Jurançon), avec sa robe d'or, provient des grappes de petit manseng, désséchées par le vent chaud du sud de l'arrière saison - le foehn de l'été indien - qui concentre sucre et arômes dans ses petites baies bien aérées. Assortissez-le avec des fromages de brebis AOC Ossau Iraty ou des foies gras.

Allez-y donc pour les vins mais restez-y pour les vignerons et vigneronnes que vous allez rencontrer, et pour la beauté des paysages de pentes et de coteaux, avec les Pyrénées, et le Pic du Midi d'Ossau (2884 mètres) en toile de fond. Au premier plan, découvrez le palissage très haut typique du Jurançon, dit "hautain béarnais", destiné à protéger les grappes des gels de printemps.

Première étape, proche de Pau, à Laroin, et quelle introduction ! Au Domaine de Souch, Yvonne Hegoburu, on ne le répètera jamais assez personnage d'exception, accueille inlassablement les amateurs de ses cuvées. Pour n'en citer qu'une, en pur bonheur, la Cuvée Marie Kattalyn.

C'est à Monein, dont la fête d'août - qui associe pêches roussanes et Jurançon - a nourri de méditations la "Petite Philosophie de l'Amateur de Vins" de Thierry Tahon, que vous dormirez et dînerez à l'Estaminet pour une approche "typique" du Béarn.

Le matin, après une visite de l'église Saint-Girons qui possède une exceptionnelle charpente en coque de navire renversée, vous avez l'embarras du choix.

Poussez jusqu'au Domaine de Gisèle Bordenave (fondé en 1676) ou chez Pascal Labasse au Domaine Bellegarde. Visitez Claude Loustalot (Bru-Baché) au dessus de l'église, Henri Ramonteu au Domaine de Cauhapé, ou le grand Charles Hours (à l'origine de la route des vins - vrai signe du renouveau de l'appellation - créée en 1986,) et sa fille Marie au Clos Uroulat.

Avant de quitter Monein, déjeunez chez Christophe Rose à l'agréable Auberge des ... Roses.

A Lacommande, la Commanderie du Jurançon présente une trentaine de domaines indépendants, cent-trente références, donc sans doute la plus large gamme au monde de Jurançons et Jurançons secs. Si vous le souhaitez, demandez la brochure qui vous permet d'approfondir vos itinéraires sur la route des vins.

Etape sur le chemin de Saint-Jacques, la Commanderie offre toujours le gîte (sommaire) aux pélerins.
Faites un tour juste à côté, à l'Eglise Saint-Blaise, chef d'oeuvre roman qui possède un cimetière aux curieuses stèles lunaires...

C'est le soir. Miss Browne vous attend dans une ferme béarnaise du XVIIIe avec vue sur ... les Pyrénées. C'est la Maison Rancèsamy, à Lasseube.

Le soir, dînez chez Eric Dequin à l'Auberge Labarthe à Bosdarros. Le livre de cave est riche, et vous papillonnerez dans les appellations avec des vins servis au verre.

Le lendemain matin, un peu de hauteur ne vous fera pas de mal. Montez sur le plateau de la Chapelle de Rousse, sans doute le noyau historique du vignoble. Attardez-vous dans les domaines Camin-Larredya (Jean-Marc Grussaute) et au Clos Lapeyre (chez Jean-Bernard Larrieu, qui possède un petit musée des outils de la vigne et du vin). Pour une promenade à pied, empruntez le sentier vigneron.

Jurançon n'est séparé de Pau que par une rivière (qui achemina ses vins jusqu'à Bayonne et la cour de France), le gave de Pau, et annonce la couleur au fronton de la mairie : "Bi dou Rey, rey dous bis" (Vin du Roi, roi des vins).

Sportifs, vous n'êtes pas oubliés ! Associez, avec modération, une ascension du Pic du Midi d'Ossau, avec une promenade à cheval dans les vignobles avec la ferme équestre de La Forge à Arbus...

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor