Newsletter

Grands zooms pour grains fins 2017

Quatrième édition pour notre série de l'été « Grands zooms pour grains fins ».

Voici Jasper van Berkel, Régis Domergue, Jean-Yves Bardin, Gilles Deschamps et Michel Jolyot. Même format autour d’une photo : leur présentation, et la réponse à la question « Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ? »

Les photographes 2017 font suite à :

- en 2014 : Leslie Xifre, Andrea Schmitz, Pierrick Bourgault, Alain Reynaud, Thierry Vallier (http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1800_grands_zooms_pour_grains_fins.htm).
- en 2015 : Gaylord Burguière, Claude Cruells, Krystell Bonnet, David Large (http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/1974_grands_zooms_pour_grains_fins_2015.htm).
- en 2016 : Valérye Mordelet, Isabelle Rozenbaum, Pierre-Alain Heydel, Emmanuel Perrin (http://www.winetourisminfrance.com/fr/magazine/2141_grands_zooms_pour_grains_fins_2016.htm)

Jasper van Berkel

Néerlandais de nationalité, il est né en Belgique en 1965. Après des études aux Pays-Bas, il a beaucoup voyagé en Europe, avant d'atterrir en France, en Drôme Provençale en 2007, par amour du pays.
En 2011, il a obtenu le diplôme de Sommelier-conseil à l'Université du Vin à Suze-La-Rousse. Depuis octobre 2011, il travaille pour la Maison Gabriel Meffre, Domaine de Longue Toque, à Gigondas (84), en tant que sommelier et responsable du caveau. Photographe amateur depuis une dizaine d'années, musicien amateur depuis sa jeunesse, c'est l'art en général qui le passionne.

Une exposition permanente "Regards sur la vigne", dont il est l'auteur, est visible au Caveau Gabriel Meffre (http://gabriel-meffre.fr).

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

"Le paysage des Côtes du Rhône, ses villages et ses crus, sont dominés par la lumière, 300 jours par an. J'adore me lever tôt pour photographier les vignobles, avec la belle lumière tamisée et dorée, tellement courte de durée dans cette région. La journée, la lumière est trop dure, le ciel trop bleu, souvent sans nuages, agréable pour les œnotouristes, mais moins intéressante pour les photographes ! Par contre, à l'aube et au crépuscule, c'est là où on se régale ! On trouve des paysages magnifiques, en toute saison, surtout là où je travaille, dans le pays des Dentelles de Montmirail.

Avec un grand angle, j'essaie de transmettre la grandeur de ces paysages viticoles. J'aime également les macros des vignes, en période de véraison, avec les grappes translucides et colorées. J'ai de la chance de travailler dans un domaine et de côtoyer nos vignerons. Je suis le "photographe officiel" de la Maison Meffre pour laquelle j'expose.
Avec mes collègues, nous faisons régulièrement des voyages d'études pour rencontrer nos partenaires vignerons dans les différents terroirs des Côtes du Rhône, Nord et Sud, des moments forts de reportage et d'émotions !"

www.facebook.com/jaspervanberkelphotography

Régis Domergue

"Photographe, vidéaste, opérateur drone, compositeur.
Après une formation scientifique et une carrière dans le monde de la recherche, je suis à présent photographe professionnel depuis 12 ans. Je réalise des travaux de commande dans des domaines aussi variés que le portrait, le reportage institutionnel, le studio, l'immobilier et bien sûr le monde viticole.

Photographe officiel des choses simples
Entre 2 commandes, je m'arrête souvent pour photographier le quotidien, la beauté du monde qui nous entoure, car je crois fermement que la beauté peut nous aider à être heureux.

Photographe surréaliste
Dans ce travail j'utilise la photographie comme un moyen pour raconter des histoires, pour interpeller notre poésie intérieure. Je m'approprie le paysage pour y poser mes valises de photographes le temps d'une mise en scène.

Compositeur
Je compose de la musique à mi-chemin entre l'électro et la musique de la relaxation sur laquelle je pose mes images de façon à pouvoir gérer un projet audiovisuel de a à z.

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

Ayant grandi dans un village viticole, depuis tout petit cet univers m'est familier. Je me souviens encore de l'odeur qui régnait dans les villages à l'époque des vendanges et des routes collantes de jus de raisin permettant de suivre à la trace la direction de la cave coopérative. Aujourd'hui les choses ont bien changé, il y a eu un gros effort de qualité et de personnalisation des terroirs. Mettre mes compétences au service des domaines viticoles pour valoriser leurs produits répond donc à plusieurs de mes attentes.

www.regisdomergue.com

Jean-Yves Bardin

« Après avoir suivi des études de graphisme et travaillé dans la communication, je travaille en free lance depuis 2003, je réalise des livres, films et portraits pour des entreprises, des clients institutionnels et pour la presse.

Photographe auteur installé en Anjou, je travaille sur le thème des vignerons depuis 2011. Ceux que j’ai choisi ont en commun l’ambition d’élaborer un vin le plus naturel possible, en laissant s’exprimer le terroir. Ils ont tous leur vision et leurs propres méthodes de travail : biodynamie, bio, vinification avec le moins d’intrants chimiques possibles… Parmi eux, certains travaillent avec leur cheval ou font paître des vaches dans leurs vignes. Derrière cette diversité d’approches, ces hommes et ces femmes ont tous un même objectif : celui de faire un vin le plus « sincère » possible, au service de la qualité et du goût. Ces « gueules de vignerons » sont un hommage à l’engagement de tous ces passionnés qui exercent leur activité en accord avec leur philosophie de vie.

En 2014, ce travail photographique voit le jour dans le livre « Vignerons d’Anjou, Gueules de Vignerons » qui présente une cinquantaine de vignerons qui travaillent en bio, biodynamie et vin nature. Ce livre est récompensé aux Gourmand Awards à Yantai en Chine par le prix Best in the world « Meilleur livre français sur le vin » en 2015.

En 2016, le livre « Anjou Untamed - the face behind the wine » présente une adaptation en langue anglaise et une mise à jour des Gueules de Vignerons. Ce livre est à nouveau récompensé aux Gourmand Awards en Chine par deux prix : prix spécial du jury et meilleure traduction en 2017. »

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

« Après avoir lu la BD « Les Ignorants » d’Etienne Davodeau j’ai décidé d’aller à la rencontre des vignerons. J’avais déjà réalisé plusieurs reportages photographiques mais je cherchai un sujet sur lequel je pourrais travailler au long cours. Lorsque je les ai rencontré, je suis allé avec eux dans les vignes, j’ai goûté leurs vins et je suis tombé sous le charme. J’ai travaillé pendant deux mois à ébourgeonner et palisser les vignes pour essayer de comprendre et ressentir ce que vivaient les vignerons : la difficulté du travail, les aléas climatiques mais aussi les moments de partage et de générosité autour du vin.

Pour moi c’est le vigneron qui fait le vin et il me semble essentiel de le mettre en avant : comme le dit Sébastien Barrier dans son livre « Savoir enfin qui nous buvons ».
Qu’ils soient connus dans le monde entier ou plus confidentiels, qu’ils aient plusieurs dizaines d’hectares ou quelques ares de vignes, les vignerons que j’ai choisi ont tous le même objectif : produire un vin qui exprime leur terroir. Mon itinéraire photographique s’est fait au gré des rencontres. Après avoir photographié les vignerons d’Anjou, Je continue ce travail photographique dans toute la vallée de la Loire mais aussi dans les autres régions viticoles.

La dernière exposition photographique a eu lieu en Chine à Yantai au mois de mai 2017, cet été l’exposition photographique « Gueules de Vignerons » est présentée en Anjou à Saint-Florent le Vieil à la librairie Parchemins depuis le 08 juillet 2017. »

www.jybardin.wordpress.com

Gilles Deschamps

"Je suis né en 67. A l’âge de 15 ans, je suis correspondant pour un magasine de sport auto. Mon Bac en poche, je pars à l’école photo (ETPA) de Toulouse dont je sortirai avec le 1er prix 3 ans plus tard. Gonflé à bloc, je pars à Paris puisque mon domaine de prédilection était le studio, mais au bout de 3 mois je ne supporte pas cette vie oppressante et je redescends créer mon propre studio à Montpellier. J’en ouvrirai un autre 3 ans plus tard à Toulouse, mais en 1998 je m’installe dans les Corbières et mon regard sur la photo va changer : Je veux être dehors à présent et photographier des paysages et non plus passer ma vie dans le noir.

L’opportunité se présentera pour moi de réaliser la photothèque du CIVL (Vins du Languedoc). Pendant environ 3 ans, j’ai parcouru notre belle région aux premiers rayons du soleil et j’en suis tombé amoureux. Depuis je travaille pour des gros vignobles (Jeanjean, Gérard Bertrand, Lorgeril, Foncalieu…) mais aussi pour de petits producteurs passionnés par leur métier et surtout je partage les reportages avec ma femme, également photographe, au gré de nos compétences respectives."

Pourquoi je photographie le vin ?

"Mon domaine de prédilection est le paysage, ce qui ne m’empêche pas de prendre beaucoup de plaisir en découvrant les recoins d’une nouvelle cave (depuis 17 ans que j’en photographie, je n’en ai pas trouvé une semblable à l’autre), mais c’est vrai que quand vous vous trouvez en haut d’une colline et que devant vos yeux se déroule le tapis tissé de rangers de ceps avec le soleil qui filtre à travers les feuilles aux premières heures du jour, vous n’avez pas franchement envie d’être ailleurs...

En décembre 2016 j’ai sorti, avec les poèmes d’un ami vigneron en toile de fond, un livre sur les Corbières « Lueur des Corbières » dont j’ai entièrement réalisé la maquette et qui est mon bébé. Vous pouvez en voir un échantillon sur mon site."

www.gillesdeschamps.photo

Michel Jolyot

Né en 1957 dans l'Aube, imprégné des paysages de vignes au fil des saisons dès son plus jeune âge et durant ses études à Reims, sa passion pour la photographie se révèle lors de voyages en 1979 puis 1980 au Canada, et aux USA où il photographie John Lennon à New-York. Ces photos seront ses premières publications, trois double pages dans Rock'n Folk. Puis il est reporter en Agence de presse à Paris et photographe de plateau au Théâtre de Chaillot avec Antoine Vitez, voyage au Japon, et revient à Reims en 1984. Plusieurs Maisons de Champagne font alors appel à lui et il commence à découvrir le Champagne et la Champagne, désormais ses autres passions.
Auteur et éditeur de 18 livres de ses photographies sur la Champagne, il a largement illustré le dossier de candidature des Coteaux, Maisons et Caves de Champagne au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

Il prépare cet été un livre de photographies "New-York 1980-81".

Pourquoi photographiez-vous le monde du vin ?

"Ce monde m'offre de multiples sensations, visuelles bien sûr, olfactives évidemment, il me permet de voyager dans ma propre région, mais aussi dans les autres vignobles français et dans le monde. La Champagne accueille des touristes, des professionnels et des journalistes du monde entier, je suis amené à les côtoyer durant différents reportages, à participer à leur découverte de mon terroir et parfois à les retrouver à Vinexpo Hong-Kong ou lors d'un chapitre de l'Ordre des Coteaux de Champagne ici ou là.

Le monde du vin est aussi sous terre dans le silence, l'humidité et l'obscurité des caves. Je le retrouve aussi dans les airs : j'ai la chance de photographier l'intégralité des 320 communes viticoles de la Champagne.

Le monde du vin c'est l'amitié qui se crée avec des vignerons, des œnologues, des sommeliers, des dirigeants et des amoureux du vin. Mon œil se réjouit des couleurs et des lignes de la vigne au fil des saisons, de la générosité des grappes de raisin, des gestes et des visages des hommes et des femmes que je croise, des bulles qui naissent dans les verres, de l'architecture des Maisons et des caves."

www.jolyot.com
www.lachampagnevueduciel.com
et réseaux sociaux

 

Article du 09-08-2017
Site par Neteor