Ruée US sur les CDR

Article du 06-08-2006

Le 28 juillet, le quotidien La Provence titre « Le côtes-du-rhône a retrouvé la cote aux USA ».

Après un grand creux (2002 à 2004), les ventes ont connu une forte hausse sur les cinq premiers mois de l'année : + 37 % en volume, + 46 % en valeur par rapport au début d'année 2005.

Boire des côtes-du-rhône devient même branché et le rasteau « fait un vrai carton » à Manhattan, Seattle ou San Francisco selon Christophe Cardona, directeur commercial export de la cave de Rasteau et Adrian Chalk, responsable France pour Lauber Imports. « Les gens qui boivent ce genre de vin sont souvent assez cultivés, ils ont voyagé et sont très ouverts d'esprit ».

Comment part-on à l'assaut de la reconnaissance américaine ?

Le 31 juillet, nous avons rencontré Philippe Granier, quatrième génération de vignerons en Drôme provencale sur les 19 hectares du Domaine de Servans. Beaucoup de vieil encépagement, ce qui n'est pas un mal pour le grenache. Les vins sont régulièrement cités ; deux coups de coeur Hachette en 95 et 2000.

10 % de la production sont exportés aux Etats-Unis. « Nous travaillons avec un importateur pour New-York, l'Ohio, le Kentucky... Il importe nos cuvées d'entrée de gamme dans les trois couleurs. Mais nous voulons entrer maintenant avec le haut-de-gamme.» Philippe Granier avec qui nous avons goûté les cuvées Jonas 2003 et 2001, nous présente une nouvelle cuvée 2003, qu'il a baptisé Opulence. « Nous avons décidé de faire noter cette cuvée par Robert Parker. C'est une bonne façon d'acquérir de la notoriété. Si la note est bonne. C'est un pari. »

Et concrètement comment faire ?

« Nous avons fait parvenir à l'importateur 12 bouteilles d'Opulence, bouchées, capsulées, sans étiquette mais avec la contre-étiquette légale et ses mentions ; centilisation, taux d'alcool, sulfites... Nous les avons adressé avec une de nos livraisons habituelles. L'importateur va les envoyer à Parker et au Wine Spectator. A priori, la notation aura lieu vers octobre. »

Dehors, la nuit va tomber. Le mistral s'est levé. Cette année de canicule, il va falloir suivre précisément le degré de maturité. Toutes les semaines, presser quelques grains des diverses parcelles, mesurer le PH, le degré, l'acidité. Toutes les semaines, puis tous les deux jours. La récolte au bon moment, c'est une des grandes clés d'un bon vin. « On n'avait pas l'expérience des grandes chaleurs. Mais depuis cinq ans, on a beaucoup appris. »

Photos Thierry Vallier

Domaine de Servans
Avenue de Provence
26790 Tulette
+33(0)4 75 98 31 47
http://www.domaine-de-servans.com/


 

Partager sur VIADEO Partager sur VIADEO

Site par Neteor